GARDIEN DES 7 ILES
LES ORIGINES
DEBUT DE CARRIERE
GARDIEN DES 7 ILES
CAHIER DE BORD
 

Vers ROUZIC avec Monsieur GENIE le patron de "LA MOUETTE"

En route vers les 7 Iles avec ma fille et mon gendre et quelques visiteuses

Il faut débarquer les visiteurs autorisés

Et ramener toutes les femmes et les enfants à bon port

MACAREUX et FOUS DE BASSANS

 

    Macareux, Pingouins et Fous de Bassan

    Connaissant la noble vie de marin de M. Le Penven, nous ne saurions nous étonner du choix du Prince Paul Murat et nous comprenons que celui-ci ait insisté pour obtenir son acceptation au poste de garde de la réserve ornithologique.

   Nous n'entreprendrons pas, aujourd'hui, de conter l'historique de cette réserve. Précisons seulement qu'elle a pour but de protéger les oiseaux, pour la plupart migrateurs, dont on a remarqué, il y a quelques années, la présence aux Sept-Iles.

   Parmi les nombreux oiseaux, signalons les Macareux, appelés communément Calculots dans le pays, des Religieuses, des Pies de mer, des Pingouins, des Faucons, et, inévitablement, des Goélands et des Cormorans. à toutes ces espèces, ajoutons les Fous de Bassan, nouveaux venus, qui semblent fort se plaire dans nos régions. Ces Fous de Bassan, par le passé, survolaient les Sept-Iles lors de leurs migrations. Mais ne s'y arrêtaient pas. Un beau jour ils s'y sont posés et depuis, ces rochers les reçoivent chaque année.

    Il nous est aussi impossible de nous attarder aux moeurs curieuses de ces hôtes de nos îles. Sachons, toutefois, que les macareux, par exemple, venus aux Sept-Iles dans la première quinzaine d'avril et qui en partiront vers la mi-aoùt, ne pondent que deux oeufs par an au maximum, et souvent ils n'en pondent qu'un.

   Et il nous sera aisé de comprendre pourquoi s'impose la protection de ces oiseaux dont l'espèce disparaitrait vite si l'on laissait agir à leur guise les braconniers et les ornithologistes de fantaisie?

   Pour que cette protection soit efficace, un garde est nécessaire.

jean-charles OGER
le 24 Avril 2016